Le « climate quitting » est un phénomène croissant où les employés, principalement de la génération Z, choisissent de quitter leur emploi lorsque l’engagement environnemental de l’entreprise ne correspond pas à leurs valeurs.

Selon KPMG, un tiers des 18-24 ans a déjà refusé une offre d’emploi pour de telles raisons. Ce phénomène met en évidence le fossé croissant entre les attentes des employés engagés et les actions concrètes des entreprises en matière d’écologie.

Le climate quitting reflète une prise de conscience environnementale accrue, en particulier chez les jeunes générations qui accordent une importance croissante à l’éthique et à la responsabilité sociale des entreprises.

Le rapport de KPMG met en lumière ce changement significatif dans les critères de choix de carrière, montrant que la politique environnementale d’une entreprise est désormais un facteur déterminant pour de nombreux candidats à l’emploi.

Les entreprises qui ne prennent pas au sérieux leur engagement environnemental courent un risque majeur de pénurie de talents. Le désalignement entre les valeurs des employés et les pratiques de l’entreprise peut mener à une diminution de la fidélité, une baisse de la productivité et finalement, une perte de compétences précieuses.

L’étude citée par la BBC concernant le départ de Steffen Krutzinna de Shell illustre l’impact que peut avoir la perception d’une responsabilité sociale et environnementale insuffisante sur les décisions de carrière des individus.

John McCalla-Leacy, directeur de l’ESG pour KPMG au Royaume-Uni, souligne l’importance pour les entreprises d’adopter des plans crédibles liés à l’environnement, au social et à la gouvernance (ESG).

En effet, avec l’arrivée massive des millennials sur le marché du travail, les entreprises doivent intégrer les préoccupations environnementales dans leur stratégie globale pour attirer et retenir les jeunes talents. Cela implique non seulement de définir des objectifs environnementaux clairs mais aussi de mettre en œuvre des actions concrètes pour y parvenir.

Le climate quitting est un signal d’alarme pour les entreprises, les poussant à revoir leur engagement environnemental et social. À l’ère où la conscience écologique des employés influence de plus en plus les décisions professionnelles, les entreprises doivent agir de manière transparente et responsable pour conserver leur capital humain.

Les stratégies ESG robustes et crédibles ne sont plus optionnelles mais essentielles pour garantir non seulement la fidélisation des talents mais aussi la viabilité à long terme de l’entreprise dans un monde de plus en plus conscient de son impact environnemental.